Une villa moderniste conçue par l'architecte Rudy Ricciotti

27

À Marseille, cette villa accrochée à un relief escarpé joue sur le registre de l'extrême simplicité pour s'ouvrir et se fondre à l'éblouissant paysage qui lui sert d'écrin.

Le projet
1/8

Le projet



Architecte au langage radical Rudy Ricciotti est l'auteur notamment du Stadium de Vitrolles ou du collège 600 de Saint-Ouen.
Ici, "c'était un terrain difficile, vraiment raide" se souvient Rudy Ricciotti. Le projet : une maison en L à la facade entièrement vitrée et paroi arrière aveugle, le tout perché à huit mètres de haut, comme en apesanteur, au niveau de la frondaison des arbres.

Par marieclairemaison.com
Le salon
Le salon
 Gilles de Chabaneix
Dans le salon tout en longueur, les zones d'ombres alternent avec les rayons de lumière et la rigueur des filets camouflage contraste avec la légèreté des panneaux de soie blanche. Au sol, Rudy Ricciotti a choisi un béton teinté. Les meubles ont été achetés à la boutique Tropisme (Bandol) : fauteuils Le Corbusier (Cassina), lampe de Gae Aulenti (Flos), banc d'Harry Bertoïa (Knoll).
Des meubles emblématiques du XXème siècle
Des meubles emblématiques du XXème siècle
 
À l'intérieur, c'est davantage la modestie, la belle simplicité qui prévaut. Murs blancs en plâtre et sol teintés accompagnent ainsi une sélection restreinte de meubles emblématiques du XXe siècle signés Le Corbusier, Eames (photo) ou Mallet-Stevens.
Le coin repas
Le coin repas
 Gilles de Chabaneix
Ici aussi, ni sentimentalisme ni manièrisme, mais une approche radicale de l'architecture avec de grands volumes peu encombrés. Faisant le lien entre le salon et la cuisine, le coin repas est composé d'une table de Le Corbusier (Cassina) entourée de chaises Mallet-Stevens. L'escalier d'une grande pureté a été taillé dans du bois d'iroko.
La cuisine
La cuisine
 Gilles de Chabaneix

La pièce s'organise autour d'un meuble multifonction dessiné par Piero Lissoni pour Boffi/Cappellini, surmonté d'un plan de travail en marbre. La hotte transparente est éditée par Driade. Au mur, des œuvres de Buraglio.

La chambre
La chambre
 Gilles de Chabaneix

Une modestie magnifique, le goût d'une élégance sans artifice et la volonté d'offrir au regard le plus beau des panoramas.
Toute simple, presque monacale, la chambre puise son charme dans son ouverture sur la terrasse avec vue sur la mer.

La piscine
La piscine
 

Comme un ruban bleu bordant la maison, le couloir de nage fait corps avec l'édifice. S'accrochant à la baie vitrée par un système d'anneaux glissant sur une tringle en acier, des filets de camouflage utilisés dans l'armée française font office de rideaux et répondent à la nature environnante. Sol en caillebotis de bangkiraï (bois exotique).

Une maison marseillaise ?
Une maison marseillaise ?
 Gilles de Chabaneix
Faisant fi d'une vision trop ancrée dans les poncifs régionalistes, Rudy Ricciotti martèle pourtant que cette maison "est véritablement une maison marseillaise dans la mesure où elle intègre les contradictions inhérentes aux valeurs identitaires de la ville. Cette villa a, je crois, cette complexité marseillaise, entre modestie et vanité."
Anonyme le 09/07/2014 à 16:38
  • Ce reportage est vu et revu : j'ai visité l'originale lors d'une journée "portes ouvertes" et les pièces sont étroites ... Heureusement que Riciotti a fait des progrès depuis!
Anonyme le 09/07/2014 à 16:28
  • Désolée, mais le "salon" est raté : c'est un couloir!!!
vibri le 05/04/2012 à 03:28
  • Suite :l'Armée française ou belge (dans mon cas !)...Ici, il n'y a plus de "Magasins de Stock de l'Armée ". Mais, j'en ai vu dans des Magazines Déco. , si l'on peut nous renseigner (je pense ne pas être seule à chercher), grand merci . Vibri
Ecrire un commentaire

Pour que votre commentaire soit signé de votre pseudo, merci de vous connecter.

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte
vidéos
newsletter