Un triplex haut en couleurs

4

Réunir quatre studios pour un faire un triplex familial, c’est le défi qui a été lancé au designer espagnol Carlos Pujol. Des couleurs, du graphisme, de la fantaisie et beaucoup d’humour ont élu domicile dans cet appartement atypique de Reims.

La récupération, fil conducteur de l’espace
1/6

La récupération, fil conducteur de l’espace



Carlos Pujol, dit Carlos, a plus d’une corde à son arc. Etudes d’architecte, postes dans la communication et le marketing, le designer barcelonais de 41 ans est avant tout un passionné des arts graphiques. Ils lui permettront d’ailleurs de travailler avec de grosses agences publicitaires à Paris. Mais ce qui fait vibrer Carlos, c’est la déco.

Reconnu pour ses rénovations d’hôtels et de restaurants en France et en Belgique (nous citerons comme l’une de ses plus belles œuvres l’hôtel du Dormeur du Val en pleine forêt ardennaise), l’architecte d’intérieur a décidé ici de mettre ses talents au service d’un couple de propriétaires rémois.

Le challenge ? Transformer un immeuble composé de quatre studios en un triplex agréable à vivre pour toute la famille. La mission est de taille mais pas impossible pour notre super héros de la récupération qui a plus d’une idée à la seconde en matière de déco. Avant de passer à l’aménagement intérieur, il a fallu repenser totalement le lieu. Ce chantier a été confié à l’architecte Jean-Marc Charlet de Zoom Architecture. Entièrement décloisonnés et redistribués, les étages du nouvel appartement sont desservis par la cage d’escalier déjà existante. Plutôt surprenant, les chambres sont installées au premier étage et le salon investit tout le second palier. Pour accentuer la hauteur sous plafond des lieux et créer un espace supplémentaire, l’appartement a été réhaussé de 2,30 mètres pour accueillir un bureau en mezzanine ainsi qu’une terrasse. Ce nouvel aménagement permet ainsi de passer d’une surface habitable de 166 m2 à 300 m2.

Une fois le gros œuvre achevé, place au génie de Carlos et à  son imagination sans limite. Eclectisme, récup’, détournement d’objets et customisation sont les maîtres mots du designer catalan. Le salon, pièce maîtresse, situé au deuxième étage de l’appartement, accueille par exemple une collection de vespas des années 50 aux couleurs pastel ainsi qu’un lustre entièrement réalisé par Carlos à partir de 280 paires de lunettes chinées chez Emmaüs. Un vieux MacIntosh Classic vient également se fondre parmi les vieilles cagettes en bois et les bibelots en tout genre, nichés sous la mezzanine. Le pilier de l’escalier qui monte au bureau est, quant à lui, intégralement habillé d’une pile de BD. Le canapé Cinna est recouvert d’une toile plastifiée métallisée. Les fauteuils Qui est Paul ? sont entièrement revisités par l’artiste Moon.

Des couleurs vives, des matières futuristes, des clins d’œil à toute une génération (Superman, les Beatles, Alice au Pays des Merveilles…) et des créations tout droit sorties de son âme d’enfant offrent à ce triplex une ambiance un peu fofolle et complètement décalée.

 

Par marieclairemaison.com
Em-bardée dans la cuisine
Em-bardée dans la cuisine
 Pierre-Jean Verger

Un style industriel et très épuré pour cette cuisine IKEA qui joue sur les teintes et les matières naturelles. Un bardage tout en pin décapé a été réalisé pour masquer l’électroménager de l’îlot central et le mur de placards (à droite). Le petit détail signé Carlos Pujol : les boutons de portes positionnés de manière (faussement) aléatoire.

Le mur en brique percé de deux grandes fenêtres vient donner du relief à la pièce. Le parquet du coin repas est contrasté par des carrelages en ciment aux motifs différents, rappelant la démarcation des anciennes pièces de l’immeuble. Le bar disposé en L se compose de deux grandes tables rectangulaires réalisées à partir d’un parquet poncé, vernis et cerclé d’une armature métallique montée sur roulettes.

L'ensemble est éclairé par de multiples suspensions créées à partir de bocaux en verre qui jouent sur les niveaux pour accentuer la hauteur sous plafond.

 

Le 1er étage, véritable labyrinthe d’Alice au Pays des Merveilles
Le 1er étage, véritable labyrinthe d’Alice au Pays des Merveilles
 Pierre-Jean Verger

Difficile de ne pas se perdre dans cet espace dédié aux chambres. Ne vous fiez pas à ces portes de toutes les couleurs et aux dimensions variées qui tapissent les murs. Elles sont fausses… ou presque. Si vous cherchez le Lapin Blanc d’Alice, repérez-vous plutôt à l’aide des vieilles publications de Paris Match qui recouvrent les murs. Vous vous apercevrez alors du trompe-l’œil que Carlos a voulu mettre en scène à cet étage. Dans un coin du palier, une bergère entièrement tapissée d’un patchwork de tissu (myfab.com) reprend les teintes dominantes de la pièces : le bleu, le vert, le jaune et le rose. Le petit détail qui nous plait : la rambarde ancienne en fer vert qui longe l’escalier.

Une salle de bain tout en transparence
Une salle de bain tout en transparence
 Pierre-Jean Verger

Les portes du 1er étage dissimulent de vrais trésors d’architecture. Outre les chambres, elles cachent également la salle de bain qui s’ouvre complètement sur une suite parentale. Derrière le lavabo et ses rangements blancs (Duravit) se dresse une douche à l’italienne en carreaux d’aluminium brossé et aux parois de verre. 

Pour donner un effet de profondeur à la pièce, Carlos a installé un miroir sur toute la cloison du fond dévoilant ainsi dans le reflet le mur de pierres et de briques rouges qui témoigne des différentes étapes de construction de l'immeuble.

 

Un escalier aux marches nuancées
Un escalier aux marches nuancées
 Pierre-Jean Verger

Il fallait oser… Carlos l’a fait ! La cage d’escalier de l’immeuble a été conservée dans l’aménagement du triplex certes, mais elle a subi les effets de customisation du designer. Les marches et le garde-corps ont été recouverts de peinture pour sol grise (CPS), mais c’est sur les contremarches que peut se lire l’inventivité débordante de Carlos. A la manière d’un nuancier RAL, il les a tapissées de stickers (Sticks Adhésifs) reprenant les références exactes de la palette de couleurs. Une touche arc-en-ciel qui mène du 1er au 2e étage et qui contraste avec les murs en briques.

Un bureau fait pour les super héros
Un bureau fait pour les super héros
 Pierre-Jean Verger

La pièce "secrète" de ce triplex se situe sur une mezzanine qui n’existait pas dans les plans du chantier. L’immeuble qui abrite l’appartement a en effet été surélevé pour permettre de gagner 2,30 mètres de hauteur et ainsi créer un espace de travail. Il était donc normal de redonner à ce niveau supplémentaire, aux portes du ciel, toute sa dimension. Carlos a donc eu l’idée, là encore, d’utiliser l’impression numérique sur adhésif (Sticks Adhésifs) en collant, sur le plafond, un Superman géant.

En guise de bureau, l’architecte d’intérieur a imaginé une table s’inspirant d’une aile d’avion.

L’atout de cette pièce est sans aucun doute sa très belle luminosité, puisqu’elle est bordée de grandes baies vitrées donnant accès à la terrasse.

valorm le 21/04/2013 à 15:11
  • Voilà de la déco réussie qui ne se prend pas au sérieux ! Sur un air faussement ''je ne l'ai pas fait exprès'' chaque détail est minutieusement étudié. Superbe antidote à la déprime !
Anonyme le 18/11/2012 à 13:35
  • Bof pour le slip de Superman au dessus de ma tête...
Anonyme le 18/11/2012 à 13:31
  • ça fait quand même plusieurs générations pour "Alice au pays des merveilles."..
Ecrire un commentaire

Pour que votre commentaire soit signé de votre pseudo, merci de vous connecter.

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte
vidéos
newsletter