Un mélange des genres dans un palais du XVIIIe de Tunis

Quand le créateur de Rock the Kasbah s’installe dans un palais XVIIIe de Tunis, le résultat est décoiffant. Entre artisanat et vintage, ethnique et urbain, Philippe Xerri orchestre une décoration totalement désinhibée.

Au bout d’une ruelle aux abords de la médina, se dresse une haute porte ancienne, recouverte de clous et peinte en bleu. Elle abrite une vaste demeure, érigée en 1725, et au charme particulier : Hussein Ier, premier bey de Tunis, qui régna sur la Tunisie début XVIIIe, en avait fait sa maison de plaisirs. C’est ce palais que Philippe Xerri, le fondateur de Rock The Kasbah, a investi depuis quatre ans pour y vivre et y exposer ses créations.

 

Sur 450 m2, dans des pièces aux proportions majestueuses, on trouve des murs entièrement recouverts d’azulejos (les carreaux de céramique n’étaient pas encore fabriqués sur place à l’époque) et des sols en marbre blanc. Un écrin à la démesure de cet iconoclaste. Autodidacte, Philippe Xerri s’est lancé en 1997 dans les accessoires de mode avant, dix ans plus tard, de se mettre à la déco, option “nomade” et “ethnique design”.

 

Sans aucun complexe, son imagination débridée a fait le reste. “J’ai donné un esprit glam rock à cette demeure historique en mélangeant du mobilier chiné des années 50-70 à mes créations, fauteuils lampadaires et tables”, raconte celui qui conçoit sa décoration comme il organiserait un voyage pour ses amis, que ce soit chez lui ou pour des clients, particuliers ou restaurateurs. Son plaisir ? Croiser les influences. “J’aime rencontrer ici, dans mon pays d’adoption, des artisans au savoir-faire ancestral, et les amener à réaliser des gammes de mobilier et des objets simples et contemporains, comme ces luminaires en forme d’arbres et ces poteries en argile de Sejnane.” Pour une déco ethno-rock en liberté.

 

Par Catherine Cornille

Voir le diaporama : 7 photos
+

Un petit coin salon à l'azulejos espagnoles

Des azulejos espagnoles du XVIIIe, recouvrent tous les murs du palais, et forment un décor riche d’histoire. Le fauteuil et pouf “Tabarka”, recouvert d’un tapis Ktifas en laine vintage, est une des dernières créations de Philippe Xerri. Le jonc de mer recouvre un pouf qui sert de table d’appoint et coiffe l’abat-jour d’un lampadaire (le tout Rock The Kasbah).

+

Une entrée décalée avec un jeu de faïences

Dans l’entrée, jeu de faïences ponctué d’une sculpture en résine de l’artiste tunisienne Nina pour Rock The Kasbah. Tableau d’Ibrahim Mattous.

+

Une petite pause dans le patio intérieur au mur azulejos

Dans le patio intérieur central, sous une toile qui joue les contrastes, un fauteuil en fer forgé et bois d’olivier et son repose-pieds. Lampadaire “Sculpture” en fibres tressées (le tout, Rock the Kasbah).

+

Grand salon au mélange des styles

Le canapé est une création de Philippe Xerri inspirée des années 50, tout comme l’enfilade en hêtre travaillée à la gouge, devant le balcon. Table en écorce d’eucalyptus Rock The Kasbah. Lampe et vase en argile de Sejnane. Âne en résine, de Nina. Vases noirs et cendrier chinés.

+

Salle à manger contemporaine aux accents etniques

Longue table en bois de madrier peint, support en métal, Rock The Kasbah. Chaises scandinaves chinées. Tapis ancien Ktifas. Lustres anciens en opaline. Tableau d’Ibrahim Mattous. Corbeau, Ibride.

+

Un espace détente dans le patio intérieur

Coin détente dans le patio intérieur. Le thé est servi sur un plateau tunisien. Banquette vintage rendue douillette par des coussins Rock the Kasbah en nid-d’abeilles et en peau. Lampadaire-arbre en bois d’olivier avec son abat-jour en fibre de palmier, tabourets “Bâton”, version black, le tout Rock the Kasbah.

+

Une jolie chambre aux couleurs jaunes et bleues

Draps en coton, jeté de lit et coussins en voile de mariée vintage, Rock The Kasbah. Tabouret en bois peint et plateau en métal brossé, “Kerkena”. Console en madrier, avec bonbonne d’eau montée en lampe avec des fibres de jonc de mer, Rock The Kasbah. Au-dessus de la banquette de style Louis XV recouverte de lin, une affi che de l’album de David Bowie “Ashes to Ashes”. Lustre ancien en opaline.

Voir le diaporama : 7 photos
Par marieclairemaison.com

Suivez toutes les tendances

déco sur notre page Facebook

rejoignez-nous !

en lecture

Un mélange des genres dans un palais du XVIIIe de Tunis

À voir sur le même thème : Vidéo : visite guidée de la casa Sumaré
Ecrire un commentaire

Pour que votre commentaire soit signé de votre pseudo, merci de vous connecter.

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte
vidéos
newsletter
rejoignez-nous sur facebook
x