Un loft bohème et décalé ? On adore !

Bohème et métissé, l’appartement parisien de Shiri, styliste chez Merci et d'Igor-David, designer, est aussi vivifiant qu'inattendu. Visite de ce lieu haut en couleurs !

" Vraiment, tout était à refaire ! ” se souvient Igor-David Becker. Et pour cause, quand avec Shiri Slavin ils investissent ce local du 10e arrondissement, cela fait plus de quarante ans qu’il est occupé par une association. “ Son potentiel m’a sauté aux yeux : un immense plateau de 10 x 10 mètres, avec 3,40 mètres de hauteur sous plafond. L’opportunité d’investir les combles à l’étage pour y faire les chambres nous a permis de conserver une grande pièce de vie familiale ”. Mais la rénovation est titanesque: “Il a fallu déposer 40 tonnes de plâtre !” Sous les gravats, la récompense : les poutres, splendides, structurent désormais la pièce principale de 100 m2.

 

Un appartement bohème

 

Plutôt que de cloisonner cet immense salon-salle à manger-cuisine, Igor-David décide de matérialiser les différents univers par leur fonction, avec des meubles et un éclairage spécifique. Dans la cuisine, il a ainsi créé une suspension à partir de deux phares de voiture pour éclairer le plan de travail... Passionné par le bois et le métal, il apporte sa touche industrielle à l’appartement, Shiri, elle, qui affectionne les objets baroques et décalés, est la reine de la chine et du métissage. Une étoile de David, clin d’œil à ses attaches israéliennes, côtoie sa collection de vierges en plâtre et un casque de Dark Vador ; un lapin jaune lorgne sur une banquette de style... Comme chez Merci où Shiri scénographie avec bonheur des expositions autour d’objets du quotidien, tout est affaire de dosage. Un art du mix and match orchestré ici avec brio.

 

Par Daniel Rozensztroch

Texte : Carine keyvan

Photos : Francis Amiand

Marie Claire Maison N°490

Voir le diaporama : 8 photos

Un salon hétéroclite et chaleureux

La table basse en acier patiné et le meuble sur roulettes, équipé des caisses de manutention Suroy en carton fibré, ont été créés par Igor-David Becker. Coussins en laine des Pyrénées brodés au point de croix, Anne Becker. Le fauteuil en fibre de verre des années 60 a été trouvé dans la rue : “Nous n’avons jamais réussi à identifier le designer”, explique Shiri. D’anciennes boîtes de la banque de France utilisées pour transporter les lingots d’or forment un socle pour une vierge en plâtre. Tapis Kilim de Turquie, et tapis marocain en paille et laine.

Un coin bibliothèque accueillant

Igor-David Becker a réalisé de nombreux meubles, comme cette pièce mécanique, “à volant d’inertie”, transformée en guéridon à hauteur réglable et la bibliothèque en carreaux de plâtre, où sont exposés des objets hétéroclites: lettre enseigne, main en plâtre, boîtes d’herboristerie anciennes... Shiri y a posé ses carnets de voyages. Les fauteuils de théâtre en velours rouge ont été chinés. Méridienne en cuir vintage. Lampadaire “Mantis” de Bernard Schottlander, réédition des années 50 par DCW.

Une banquette en cuir et bois sculpté

Au-dessus de la banquette en cuir et bois sculpté doré XVIIIe, Shiri a accroché un tableau de son frère, l’artiste Ran Slavin. La table basse grise ronde est une création d’Igor- David. Quelques objets comme le lapin jaune et le faon viennent apporter une touche mi-kitsch, mi-fantastique.

Une salle à manger vintage

Autour de la table verte en acier et résine, créée par Igor-David Becker, le bois blond des chaises des années 50, Baumann et des modèles de cantine scandinaves des années 50, le lustre et le grand miroir doré tempèrent l’esprit industriel du plateau. Sur la table, vaisselle Pyrex des années 50.

Une cuisine industrielle

La cuisine et son îlot en acier inoxydable et chêne ont été réalisés par Igor-David. “Mon atelier est dans l’enceinte d’une usine de métallurgie, ce qui me permet de disposer de leurs outils” explique-t-il. Il a réalisé la suspension à partir de phares de voiture. Tabourets industriels, Atelier Bienaise. Tabouret escabeau rétractable rouge américain des années 50. Au fond, une collection de cafetières anglaises. Lampe industrielle des années 50, Holophane.

Une salle de bains onirique

Shiri a disposé sa collection de miroirs de barbier et de statuettes reconverties en porte-bijoux. Le miroir rond rétro (18 stars, IDB), éclairé par Led réflecteur en aluminium, est une création d’Igor-David Becker. Une idée originale : équiper un lavabo et des robinets de collectivité d’un meuble accessoirisé de poignées de portes en bakélite des années 50.

Igor et Shiri, un couple créatif

Igor designer et Shiri styliste chez Merci.

Retrouvez plus de reportages dans le n°490 de Marie Claire Maison, à retrouver en kiosque...

Retrouvez plus de reportages dans le n°490 de Marie Claire Maison, à retrouver en kiosque...

Par marieclairemaison.com
Date de publication : 21/12/2016 à 17:06

Suivez toutes les tendances

déco sur notre page Facebook

rejoignez-nous !

en lecture

Un loft bohème et décalé ? On adore !

À voir sur le même thème : 38m2 transformés en loft de poche
Ecrire un commentaire

Pour que votre commentaire soit signé de votre pseudo, merci de vous connecter.

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte
vidéos
newsletter
rejoignez-nous sur facebook
x