le style minimaliste

1

Classique incontournable du Design, le style minimal se distingue par sa grande sobriété et ses lignes épurées. Révisez l’essentiel de ce courant

Les origines du style
1/5

Les origines du style


Directement issu de l'école Bauhaus à qui l'on doit les principaux courants architecturaux du XXème siècle, le Design minimal se développe essentiellement dans les années 60. Très pictural, le style décline dans toutes les catégories artistiques habituelles : peinture, sculpture, musique et bien sûr Design. Concentré sur l'essentiel, ce courant est l'exact contre-pied du pop-art et de ses débordements. Basé sur le principe de l'économie maximale de moyens, et suivant le principe simple et réducteur du « Less is more » (moins c'est mieux) cher à Mies van der Rohe, le style ne souffre d'aucune fioriture et se résume à un fonctionnalisme revendiqué. La toute première définition de la notion d'art minimal fut donnée par le philosophe anglais Richard Wolheim (photo) à propos d'une exposition donnée en 1965 à la Green Gallery de New-York. L'extrême sobriété, caractéristique du mouvement, n'est pourtant pas le but recherché, mais une conséquence de l'abolissement de tout effet d'illusionnisme. Le courant minimaliste aura profondément marqué l'évolution de l'art contemporain. Largement dominant à la fin des années 60 aux Etats-Unis, il provoquera de nombreuses réactions et restera souvent incompris du grand public. Les sculptures de Donald Judd ou de  Robert Morris, sans le moindre artifice, laisseront parfois dubitatifs les non-initiés. Une fois n'est pas coutume, c'est le Design qui contribuera à populariser le minimalisme. Si certaines créations d'avant-guerre comme la chaise Zig-zag de Gerrit Rietveld peuvent être qualifiées de « minimales », une large partie des créations des années 50 s'inscrivent dans ce courant. Des meubles simples et fonctionnels, dont l'essentialisme impose une sobriété à l'esthétisme plus abordable.
Par Pierre Lesieur
Le style en lui-même
Le style en lui-même
 Corbis
Comme son nom l'indique, minimal. Aux antipodes du baroque et de ses fioritures, à l'opposé du pop art et de ses couleurs criardes, le style minimal se traduit par des lignes épurées, réduites à l'essentiel. Des meubles dont la fonction prime sur l'apparence, qui doivent se faire aussi discrets que possible, se fondre dans le décor. Poussé à l'extrême, le courant minimal réfute même l'utilité de certains objets qui encombrent le quotidien. Aucun gadget, aucune trouvaille farfelue ne saurait se réclamer de ce courant  sans combler un besoin essentiel de la manière la plus directe possible. Sommaire, aérien, schématique, le style minimal ne s'encombre pas de courbes ou d'artifices obsolètes et tend vers une inaccessible invisibilité. Faire corps avec le paysage jusqu'à pratiquement disparaître, c'est le pari irréalisable des designers minimalistes dont les trouvailles servent une course à l'économie d'espace, une réduction de matière utile. Un intérieur décoré dans le style minimal sera donc dépouillé de tout objet superflu et agrémenté de toutes les trappes et les caches possibles pour abriter les disgracieux accessoires du quotidien. Les objets cumulant plusieurs fonctions (quand elles sont vraiment indispensables) servent la cause en économisant la matière et sont donc souvent préconisés. Le style repose donc à la fois sur l'apparence des objets qui s'en réclament mais également sur la manière dont on les emploie. Un état d'esprit presque nihiliste dont le pire cauchemar repose dans l'encombrement inutile.
Les meubles et designers emblématiques
Les meubles et designers emblématiques
 
Fonctionnels et discrets, les meubles minimaux remplissent avant tout la tâche pour laquelle ils ont été créés. La finesse de leur ligne et la sobriété des couleurs et des matières utilisées sont un signe distinctif, tout comme la façon acétique dont ils seront disposés. Dès les années 50, la démarche minimaliste interpelle la plupart des designers influents. Le meuble qui représente sans doute le mieux l'ensemble de la démarche est le fauteuil Barcelona de Mies van der Rohe. En figure de proue du mouvement, le Design scandinave épouse les principales caractéristiques du courant par son recours exclusif à des matériaux classiques simplement valorisés par la fonction qui leur est attribuée. Aux prémices du style, la frontière entre un pop art pourtant exubérant et un minimalisme effacé est parfois mince à cause de l'expérimentation de nouvelles courbes qui réunit les deux mouvements. D'Arnio à Saarinen, on oscille entre l'effacement des lignes et les courbes extraverties. En France, Jean Prouvé, Charlotte Perriand ou Mathieu Matégot sont emblématiques de cette retenue si particulière qui caractérise le minimalisme. De nos jours, le style compte de nombreux héritiers parmi les designers les plus influents du moment. Les frères Bouroullec, Jean-Marie Massaud ou Jasper Morrison, mais aussi Shiro Kuramata avec ses créations presque immatérielles, revendiquent l'essence de la démarche minimaliste. Plus largement, en décoration, le recours à la sobriété est souvent considéré comme un signe de bon goût. En réduisant au maximum toute forme de détails trop personnels ou de fioritures inutiles, le style minimal évite la subjectivité et la surcharge visuelle.
Les adresses spécialisées
Les adresses spécialisées
 

Plus distillé, moins facilement identifiable que les autres courants du Design, le style minimaliste compte également moins d'adresses spécialisées. Car sa traduction contemporaine est avant tout une affaire de goût. Bien sûr, il en existe tout de même certains showrooms (www.smarin.net) et beaucoup de grandes enseignes (www.ikea.fr) offrent aujourd'hui une sélection de mobilier aux lignes épurées. Certaines adresses (www.ligneroset.fr) étant réputées pour la sobriété de leur sélection. D'une manière générale, vous trouverez nombre de boutiques de meubles ou d'accessoires (http://www.arts-plaisirs.fr/epages/159725.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/159725/Products/3106) où sont vendues des pièces aux influences minimalistes, c'est à vous d'avoir l'œil pour repérer comment les agencer. Les plus grands distributeurs (www.vitra.com) proposent également dans leur catalogue certaines pièces essentielles du Design des années 50. Pour les rééditions, les adresses célèbres ne manquent pas. Pour les pièces d'origine, il faudra fouiner les brocantes (http://www.delcampe.net/page/fairs_calendar/language,F,affiliate,google_fr.html?gclid=CLCfmvnFi58CFUQA4wodx0iCIA), éplucher les étals des puces et écumer les vides greniers et les salons (http://www.salonduvintage.com/les-exposants.php) en s'armant de patience. Le style minimal se caractérise par un Design allégé mais aussi par une certaine conception de la décoration. Un aménagement aérien, aussi léger que discret, que l'on remarque souvent dans nombre d'endroits branchés, hôtels (www.hotel-rn.com/hw/184764),  boutiques (www.colette.fr), restaurants ou musées (http://fondation.cartier.com), les espaces décorés dans un style minimal se multiplient et offrent une vitrine de ce que la tendance fait de mieux. Une inspiration précieuse pour repérer les trouvailles et les détournements chers au minimalistes et les importer chez soi ! Car toute la difficulté du style minimal, c'est qu'il ne consiste pas à acheter des choses, mais à s'en séparer ! Comme le disait Antoine de Saint-Exupéry : « La perfection est atteinte non quand il ne reste rien à ajouter mais quand il ne reste rien à enlever ».

Les sites internet
Les sites internet
 
L'art minimal est très présent sur la toile car il se conjugue à merveille avec le troisième millénaire. À l'heure de la surconsommation exacerbée, le style minimal peut être considéré comme alternative intéressante, une réaction au gaspillage ambiant. Sites spécialisés dans l'art (www.artminimal.com/), la musique (http://neospheres.free.fr/minimal/intro.htm) ou le graphisme (www.networkosaka.com), le courant compte également de nombreux blogs (http://henrikaufman.typepad.com/le_design_minimals) réunissant les actualités de tous bords s'inscrivant dans le thème. Plus largement, le mouvement influence même la propre mise en page de certains sites, car il peut justement se traduire sous toutes les formes du Design, de la calligraphie à l'infographie. Les sites relatant l'actualité du minimalisme proposent aussi bien des agendas culturels (www.paris-art.com/marche-art/André%20Cadere/André%20Cadere/4567.html), que des articles de réflexion (http://www.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-minimalisme/ENS-minimalisme.htm) sur le thème ou des sélections d'objets spécifiques (www.whenobjectswork.com/). Des conseils pour décorer dans le plus pur style minimal sont régulièrement distillés dans tous les meilleurs sites de décoration (http://www.marieclairemaison.com/,salles-a-manger-minimalistes,200043,417.asp). Nouvelles trouvailles et dernières tendances  mais aussi conseils de rangement et d'aménagement (www.habitudes-zen.fr/2008/un-guide-pour-crer-une-maison-minimaliste/) vous permettront de repenser l'espace selon les préceptes du minimalisme. Pour aller plus loin dans l'histoire de cette tendance stylistique, il est possible de commander en ligne (http://www.evene.fr/livres/livre/remi-bertrand-philippe-delerm-et-le-minimalisme-positif-13175.php) de nombreux ouvrages (http://www.librairie-environnement.com/10007_minimalisme.html) consacrés à son étude. Enfin la toile offre aussi l'occasion de faire son shopping en ligne en chinant sur les sites spécialisés les objets (www.dekio.fr/deco/rechercher/meuble/minimaliste_5) et les meubles (www.archiexpo.fr/prod/jspr/canape-de-jardin-design-52222-168026.html) des plus contemporains (www.poutydesign.com/index.html) aux plus vintage (http://ateliercharivari.canalblog.com/archives/mobilier_vintage/p10-0.html).

 

Pour connaître le style minimal qui vous correspond le mieux, faites notre test !
Anonyme le 11/04/2010 à 19:05
  • Madame, Monsieur Bien plus qu’un commentaire, je me permets de vous déposer une œuvre d’art versée au catalogue du non-objet "Commentaires" sous le numéro : Pièce com80/avril/2010 Vous avez par cet article réussi quelque peu à rendre plus concrètes mes nombreuses œuvres absentes. Merci. Olivier Borneyvski-
Ecrire un commentaire

Pour que votre commentaire soit signé de votre pseudo, merci de vous connecter.

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte
vidéos
newsletter