Loisirs créatifs - Marie Claire Idées
Idées décorations - 100 Idées déco
Boutique Marie Claire Maison
Chauffage et isolation
Mes Favoris
Envoyer
Commentez

L'isolation phonique

Les bruits de la vie quotidienne s’infiltrent partout, augmentant la fatigue et le stress. Chez soi, il est nécessaire de retrouver le calme mais cela n’est pas toujours le cas, les logements anciens n’ayant pas été réglementés en termes une isolation acoustique. Cependant des solutions d’isolation phonique existent. Les voici.

Isolation phonique : les fenêtres
1 / 6
À vous de voter :


Isolation phonique : les fenêtres

Les fenêtres en bois garnies de vitrages simples n’isolent pas des bruits extérieurs. La meilleure protection est procurée par les fenêtres en PVC avec double ou triple vitrage. La certification Cekal atteste de la performance acoustique et thermique des vitrages, cette certification étant définie par six niveaux de AR1 à AR6. Pour les fenêtres, c’est le label Acotherm établi sur quatre niveaux de AC1 à AC4 qui garantit les bonnes performances acoustiques et thermiques. Avant de changer vos fenêtres, il faut vérifier auprès de la mairie de votre domicile que vous avez l’autorisation de poser des fenêtres en PVC, ce qui n’est pas le cas dans les villes dotées d’un patrimoine historique. Les bruits de la rue passent également par les aérations, par exemple dans la cuisine si vous utilisez le gaz. Elles doivent impérativement rester libres, ainsi que les aérations situées dans le châssis des fenêtres. Il existe des aérations dites "acoustiques" qui laissent passer l’air tout en limitant le bruit. Le soir, fermez les volets, cela crée un rempart de plus contre le bruit. Les volets épais et pleins en bois ou PVC sont efficaces ainsi que les volets en alu à condition d’être rembourrés d’isolant. En revanche les volets en métal comme les persiennes isolent très peu du bruit. Enfin pensez à mettre des rideaux épais à vos fenêtres ou des volets intérieurs en bois.   

Isolation phonique : la cage d'escalier
Isolation phonique : la cage d'escalier
Gonzales Felipo

Habiter à proximité de la porte de l’ascenseur ou pire, du hall de l’immeuble  présente une vraie gêne à toute heure du jour ou de la nuit. Sauf à saisir la copropriété pour lui demander d’insonoriser les lieux, ce qui peut prendre un temps certain, vous pouvez rendre la situation plus supportable grâce à quelques travaux ou astuces. Les bruits passant par la porte d’entrée de votre appartement c’est donc sur elle qu’il va falloir agir. La première solution efficace consiste à changer le bloc-porte dans son intégralité, ce qui est intéressant si vous voulez par la même occasion rendre votre logement plus sûr face au cambriolage. Les blocs-portes blindés ont une âme  - ou intérieur - en laine de roche, mousse ou autre isolant très performante pour l’isolation phonique. Cependant, la copropriété peut exiger que votre nouvelle porte soit identique à celles de l’immeuble. Plus simple et plus abordable, la portière en tissu doublée de molleton. Il s’agit d’un rideau dont le support est fixé sur l’ouvrant de la porte coté appartement, permettant de quitter celui-ci en laissant le rideau tiré. Différents types de molletons existent soit en coton, soit doublé d’isolant thermique et acoustique. Choisissez également un tissu de portière bien épais qui étouffera les bruits.  

À vous de voter :
Isolation phonique : les cloisons d'une pièce à l'autre
Isolation phonique : les cloisons d'une pièce à l'autre
Vincent Leroux

Entre les pièces ou les appartements l’isolation des cloisons n’est pas toujours satisfaisante. La télévision, les dîners bruyants entre amis, les pleurs des enfants, ces bruits circulent facilement d’une pièce à l’autre. Pour atténuer avec efficacité les désagréments sonores, il est nécessaire de renforcer les cloisons existantes. Si vous ne craignez pas de diminuer de quelques centimètres le volume intérieur des pièces, vous pouvez installer contre les séparations en place une deuxième cloison. Les matériaux diffèrent selon qu’il s’agit d’isoler un mur de séparation avec vos voisins ou des cloisons séparant les pièces de votre appartement. Pour les murs de séparation, profitez-en pour conjuguer isolation acoustique et isolation thermique. Le principe d’installation est simple. Des profilés en métal ou « fourrures » forment l’armature de la cloison. Des plaques de plâtre phonique fabriquées avec des composants minéraux comme le gypse sont fixées sur ces fourrures permettant ainsi de réduire le bruit d’environ 3 à  4dB. A condition toutefois, que les raccords entre les plaques soient bien étanches et que les bruits ne passent pas par la périphérie. Pour les cloisons séparatives entre les pièces, il existe différents matériaux. Plaques à base de bitume, de matériau composite ou de laine de verre acoustique offrent de bonnes solutions. Les plaques - légères - à base de bitume sont collées sur la cloison et apportent une atténuation d’environ 9 dB. Un nouvel isolant acoustique, le polyéther-Graphite à cellules ouvertes (Gedimat) inséré entre des profilés en acier galvanisé forme l’âme de la cloison. Une plaque de BA 13 vient recouvrir l’ensemble, offrant ainsi une atténuation des sons de 10 à 20 dB. Vous pouvez utiliser également de la laine de verre acoustique spéciale d’une épaisseur de 28 mm. Une armature métallique et des plaques de BA 13 enferment la laine de verre. L’atténuation varie entre 13 et 20 dB suivant la composition du mur sur lequel le système est placé.  

À vous de voter :
Isolation phonique : le plafond
Isolation phonique : le plafond

Les bruits d’impact provenant de l’appartement situé au-dessus du vôtre sont très dérangeants. Le revêtement de sol, la nature du plancher jouent un rôle essentiel dans la propagation des sons. A moins d’être vraiment en très bons termes avec vos voisins et de leur demander d’insonoriser le plancher et de changer le revêtement de sol vous n’avez pas trop le choix sur la méthode à suivre. L’insonorisation en sous face du plancher supérieur, c’est à dire sous votre plafond est la seule solution. Une couche d’isolant à base de laine minérale est fixée sous le plafond puis masquée par des plaques de plâtre. L’ensemble est maintenu grâce à une armature métallique. Pour assurer une isolation phonique efficace, la périphérie du nouveau plafond doit également être bien isolée afin que les bruits ne se propagent pas. Cependant cette solution diminue la hauteur sous plafond, ce qui peut être inesthétique et déconseillé pour les pièces de faible hauteur. Il existe des solutions à partir d’isolants minces constitués de panneaux semi-rigides en laine de verre noire ou d’isolant composite, masqués également par des plaques de plâtre.     

À vous de voter :
Isolation phonique : le sol
Isolation phonique : le sol
Nicolas Mathéus

Pour vous isoler des bruits provoqués par les voisins du dessous, plusieurs solutions d’aménagement s’offrent à vous. Recouvrir le sol d’un revêtement souple est la solution la plus simple, mais tous n’offrent pas les mêmes performances. Le tapis bien épais, une bonne moquette en laine atténuent sensiblement les bruits. Les revêtements fins à base de plastique offriront en revanche une protection moins efficace, mais seront utiles quand même. Un sol en carrelage, un plancher demandent à être isolés par dessous avant la pose grâce à un feutre bitumeux enduit d’une couche de polyéthylène extrudé ou de fibres de verre. On peut aussi évoquer le bon vieux système qui a fait ses preuves : les boîtes à œufs en carton. Ouvertes en deux puis collées les unes à côté des autres, la partie intérieure contre le plafond, le tout est doublé de plaques de BA13. A réserver aux gros consommateurs d’œufs.

À vous de voter :
Isolation phonique : les formalités et démarches
Isolation phonique : les formalités et démarches

Les logements construits avant 1970 n’ont pas été soumis à une réglementation acoustique. Ce n’est qu’après cette date qu’une première réglementation a été établie, devenue totalement obsolète à l’heure actuelle. De 1996 à 1999, une deuxième réglementation plus sévère a été mise en place, imposant une isolation acoustique contre les bruits extérieurs égale ou supérieure à 30 dB. Depuis cette date, les parties communes comme la cage de l’ascenseur, les couloirs ou halls sont également  pourvus d’un dispositif d’absorption phonique.

Pour les fenêtres, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt, variable chaque année selon la loi de Finances en vigueur (18 % pour les fenêtres achetées en 2012, à condition de réaliser une deuxième action simultanée d’isolation, ou « bouquet » de travaux).

Si vous souhaitez changer le revêtement de sol, et que vous êtes en copropriété, vous devez demander l’autorisation au syndic car le règlement précise souvent que l'on ne doit pas dégrader la qualité acoustique de son logement et que tout auteur d'un préjudice doit réparation par la mise en conformité ou par le retour à l'état initial. Autant le savoir.

À vous de voter :
Et vous ? Qu'en pensez-vous ?

Pour que votre commentaire soit signé de votre pseudo, merci de vous connecter.

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte
Poster
Newsletters
image newsletter
La news hebdo
image newsletter news
La pause du mercredi
image newsletter pause
Coup coeur déco du jour
image newsletter déco
La News blogs - forums
image newsletter forums
100 idées déco
image newsletter idées
Jeux concours
Sondage
Quel revêtement de sol préférez-vous?