Coutume et poésie à Pondichéry

7

C’est une ancienne colonie française de la côte de Coromandel, au sud-est de l’Inde, dont les habitants enchantent l’univers de leur grâce naturelle et créent une incroyable source d’inspiration pour les voyageurs.

Couleurs et douceur de vivre
1/6

Couleurs et douceur de vivre


Pondichéry est une ville pleine de contraste où la vie semble un peu plus douce qu'ailleurs. Colonisée par les français de 1673 à 1954, cette petite cité côtière baignée par l'océan Indien au niveau du Golfe du Bengale a gardé des traces de ces 240 années d'occupation. Un quartier près du front de mer, appelé la ville blanche a conservé une architecture coloniale au charme très singulier. Jaune pâle, rose et autres couleurs douces tapissent les églises, lycées, bâtiments publics et maisons transformées en hôtel dans ce quartier étonnamment paisible. Les rues sont protégées par des arbres centenaires formant une voûte rassurante et rafraîchissante, bordées de hauts trottoirs pour les jours de mousson et portent encore des noms français.
De l'autre côté du canal qui coupe la ville en deux, se trouve le quartier Tamoul qui regroupe un quartier musulman et un quartier catholique. Du vert, du rose, du bleu et mille autre couleurs éclatantes s'affichent sur les murs de ces maisons aux balcons ornementés, vérandas et auvents soutenus par des colonnes en bois.

Par marieclairemaison.com
Les trésors de l'ordinaire
Les trésors de l'ordinaire
 Philippe Garcia
C'est une tradition qui se transmet de mère en fille : avant le lever du soleil, les femmes de Pondichéry tracent avec des gestes délicats des motifs géométriques appelés kolam (« beau » en tamil), devant l'entrée de leur maison. Réalisés avec de la farine de riz, ces motifs attirent les insectes et les retiennent à l'extérieur.

C'est à Pondichéry que les Tsé & Tsé ont atterrit lors de leurs premier voyage en inde. Depuis lors, ce duo de designers rapportent régulièrement de petits trésors qu'elles exposent à la galerie Sentou. Bricolés, attachants, ingénieux et finalement design, ces petits objets du quotidien disparus de notre Occident, emplissent les marchés et échoppes de Pondichéry : boîtes en tout genre, petits miroirs décorés, poignées et boutons de portes, veilleuses d'autels ou de temples, graphismes insensés des sacs en toile plastique, guirlandes, couronnes, articles de ménage en plastique rutilant, cahiers à la tranche multicolore, sublimes emballages de cigarettes bidis, colliers et fanions qui scintillent et illuminent les soirées...

Mille merveilles que l'on déniche à Pondichéry et qui nourrissent l'imagination des créateurs.

Où dormir
Où dormir
 Philippe Garcia

A l'hôtel de l'Orient, une vieille demeure coloniale aux meubles anciens chinés par Francis Wacziarg et Aman Nath. 234 30 67, www.neemranahotels.com

 

Au Dupleix, dont les chambres au décor original entourent un patio, surplombé par un impressionnant manguier. 5 rue de la Caserne,222 69 99, www.ledupleix.com

 

A la villa Pondichéry qui propose des chambres typiques dans la maison du peintre Pichaya Manet. 23 Ambdekar Salai Uppalam. 235 62 53, www.pondy.org

A la guest house conviviale de christelle, le Rêve Bleu, une jolie maison tamoule, avec patio, terrasse et une chambre à l'étage. 33 Milad street, 989 480 23 35, lerevebleu-pondy@hotmail.com

 

Au Dune hotel, crée par Dimitri Klein dans un domaine de 15 hectares, unique et écolo à 15 km au nord de la ville. 40 bungalows aux décors étonnants, imaginés avec l'architecte Niels Schonfelder, centre ayurvédique, piscine, ferme biologique et plage. Quartier du Pudhukuppam, Keelputhupet, (via Pondichéry university). 265 57 51, www.thedunehotel.com

 

Sur la plage d'un village à 12 km au sud de Pondichéry, l'hôtel Kailash beach resort s'étend dans un beau cadre traditionnel autour d'une immense piscine. Raj de Condappa, éditeur, a eu la bonne idée d'y proposer des cours de langues, de musique et de cuisine. 261 97 00, www.kailashbeachhotel.in

Où manger
Où manger
 Philippe Garcia

Dans une ambiance chaleureuse, dégustez de très bons plats indiens à l'hôtel de l'Orient et une cuisine bio absolument délicieuse à The Dune hotel.

 

Au Surguru hotel, bonne cuisine locale et très économique dans de grandes salles en sous-sol. Une expérience à vivre ! 104 Sardar Vallabhai Patel Road, 233 90 22.

 

Typique, bon marché et fréquenté essentiellement par des Indiens, le restaurant Appachi propose de bons plats locaux. Old n° 9, Rangapillai street.

 

Au Satsanga, l'Arlésien Pierre Elouard propose des plats internationaux dans un lieu aux allures de cour d'école entourée de préaux. 30 Labourdonnais street, 22258 67.

 

Baker street est la nouvelle coqueluche des Pondichériens qui aiment le bon pain. On y déguste aussi sandwichs et gâteaux. 123 Bussy street, 645 88 88.

 

La Promenade est un restaurant luxueux et aseptisé mais en bord de mer avec terrasse sur le toit. 23, Goubert Ave. 234 90 34.

 

Au-dessus du petit centre culturel Touchwood que Poojarini et Jérôme animent avec générosité, le Bindass café sert des déjeuners très appréciés sur une sympathique terrasse. 44 Nidarajapayer street, 421 02 42.

Où faire du shopping
Où faire du shopping
 Philippe Garcia

Au Pondy Cré'art, on trouve une excellente sélection de vêtements, objets et accessoires mode et déco d'une dizaine de stylistes et designers. 53 rue Suffren, 420 02 58.

 

Chez Fabindia, comme partout en Inde, cette chaîne propose les tuniques en coton dans toutes les formes, couleurs et motifs. 59 rue Suffren, www.fabindia.com

 

Calico et Via Pondichéry proposent des boutis de tissus anciens retravaillés, cousus par les femmes des charmeurs de serpent : sacs, châles, linge... Tout est stylisé par Vassanty Manet. 2 rue Labourdonnais, 233 46 77, et 22 rue Romain Rolland, 222 33 19.

 

Les jeunes stylistes Mélissa et Nazar de Takla Makan s'appuient sur l'artisanat des régions de l'Inde pour créer des vêtements très architecturés et des tissus d'ameublement. 222 Bussy Street, 948 600 83 72.

 

Pour trouver d'étonnants lustres, rendez-vous chez Mosel Arts, 4 ruelle Saint-Antoine, 222 36 17.

 

Chez Kailash éditions, les romans, sélectionnés par Elisabeth pour la maison d'éditions qu'elle a créée avec son mari Raj, racontent l'Asie, et sont écrits en français par des voyageurs. Librairie 169 Bussy Street.

 

Dans un magnifique hôtel particulier de l'ashram Aurobindo, la boutique Senteurs, Fleurs en flacons exhale des parfums et des huiles essentielles. Rue St-Gilles.

 

Sri Aurobindo Handmade paper propose le papier sous toutes ses formes. 5 Patel Salai, www.sriaurobindopaper.com

 

Nehru Street est la rue commerçante où s'ouvrent des boutiques animées et parfois kitsch. Entre autres, les khadi stores ou emporiums : Saratha au 135 et 141, Gowri au 120, Murugan au 263, Muthu au 314 : des kilomètres d'étagères de tissus. Et dans les bazars, s'alignent vaisselle et ustensiles de toutes les couleurs.

 

Côté antiquités, d'imposants meubles coloniaux chez Geethanjali, 20 rue Bussy, et Curio centre, 40 rue Romain-Rolland.

 

Enfin, plusieurs brocanteurs tiennent boutique sur Muthu Pillai road, Kottapuram, la route qui va vers Auroville, dont le Royal Héritage au 42 et Anash au 219.

 

Et aussi

L'alliance française. L'adhésion de 200 roupies donne accès à toutes les manifestations culturelles de cette belle maison coloniale animée avec ferveur par Michel Houdoyer. www.alliancefrancaisepondichery.com

Yoga et produits  ayurvédiques au Shree Varma Yoga, dans un bâtiment 1930. 12 Goubert avenue, Beach road 222 49 31.

Avant de reprendre l'avion  à Chennai (Madras),on peut prendre un verre ou se restaurer à l'Amethyst, une belle demeure où l'on trouve vêtements et bijoux de créateurs et des antiquités. 14 Padmavathi road, Jeypore Colony, Gopalapuram, Chennai, 44 283511627

Comment y aller
Comment y aller
 Philippe Garcia

Voyageurs du Monde en Inde et Himalayas (55, rue Sainte-Anne, 75002 Paris, 0892 23 76 76 et www.vdm.com), propose un itinéraire de 15 jours en Inde du Sud, à travers le Tamil Nadu, de Madras à Bengalore avec hébergement dans de petits hôtels de charme ou des maisons anciennes. Vols internationaux, véhicule privé avec chauffeur compris. À partir de 2600 euros par personne.

Indicatif téléphonique de l’Inde : + (91) 413.

1 euro = env. 60 roupies indiennes

 

À lire

"100% India" de Catherine Geel et Catherine Levy (galerie Sentou).

"L’Inde (sans les Anglais)" de Pierre Loti (Kailash).

"La conquête du paradis" de Judith Gauthier (Kailash).

"Une certaine idée de l’Inde" d’Alberto Moravia (Arléa).

"L’Odeur de l’Inde" de Pier Paolo Pasolini (Folio)

Sur internet : www.actupondy.com Et www.pondichery.com/french/actualites

Anonyme le 26/07/2012 à 10:56
  • Le kolam est avant tout un dessin propiciatoire, censé attirer la chance et aussi accueillir le visiteur. D'autre part, en français, on dit "tamoul" et non pas "tamil".
Anonyme le 26/07/2012 à 10:53
  • Outre les quartiers catholique et musulman y a aussi un grand quartier hindou. Heureusement, car nous sommes en Inde, tout de même! Aucun de ces quartiers ne sont totalement homogènes. Il y a des gens des 3 religions dans chaque quartier, sans compter les adeptes de l'Ashram de Sri Aurobindo, qui est une véritable ville disséminée dans la ville, et dont les bâtiments peints en gris sont aisément reconnaissables. Et si on veut aller plus loin, on trouvera un temple jaïn, et des églises protestantes de toutes sortes.
Anonyme le 11/03/2010 à 10:46
  • www.douceursdepondichery.com
Ecrire un commentaire

Pour que votre commentaire soit signé de votre pseudo, merci de vous connecter.

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte
vidéos
newsletter