17 m2, une mini-maison de week-end

16

En Seine-et-Marne, Jacques et Agnès Choï ont transformé un ancien garage à bateau en cabanon au bord de l’eau. Une façon de vivre sans eau ni électricité mais avec style.

Voir le diaporama : 5 photos

Une mini-terrasse

La mini-terrasse devient une pièce supplémentaire grâce à un grand vélum qui coulisse sur des tubes métalliques. En toile de théâtre (Les Ateliers du Petit Cerf), il habille la façade et protège du soleil. Un peu plus loin, un salon d’extérieur a été installé au bord du Loing.

La chambre-salon

Des couleurs inattendues à la campagne donnent au cabanon un air de mini-loft : les fenêtres ont été peintes en noir, les soubassements peints en gris comme le sol sont soulignés par une rayure qui reprend celle des rideaux. De part et d’autre de la pièce, deux coffres à roulettes, faits sur mesure et recouverts d’un matelas, servent à la fois de lits, de canapés et de rangements mobiles.
Derrière, un panneau de médium peint cache un placard fermé par un rideau en toile de lin bise. Pour fermer la chambre, un rideau coulisse tout le long de la poutre centrale.
Pour chauffer, on a choisi un poêle à bois à l’ancienne particulièrement étroit pour un gain de place.

Le coin toilette, l’entrée et la cuisine vus de la chambre

Placés face à face, deux meubles contiennent la cuisine et le coin toilette. Ils encadrent la porte de garage à vanteaux. Au moment des repas, on sort la table et les chaises pliantes sur la terrasse, transformée pour l’occasion en salle à manger de jardin. Au plafond, torches et lampes tempêtes sont suspendues à une tringle fixée à la poutre, tels des spots. Des bougies parfumées à la citronnelle créent un éclairage plus intime tout en éloignant les moustiques.

Le coin cuisine

Tous les éléments tiennent dans un simple établi de bricolage (Conforama), prolongé visuellement sur le mur par une large bande verticale peinte en noir : on y a fixé des étagères pour poser la vaisselle et des crochets en S pour suspendre les ustensiles. Ici pas d’évier, on fait la vaisselle dans la rivière, avec un produit bio. Et pour cuisiner, un réchaud de collectivité suffit, il est alimenté par une bouteille de gaz cachée dans l’établi.

Le coin toilette

Une auge de maçon (BHV) a été détournée en vasque. Elle est posée sur une desserte à clayettes (Ikéa) repeinte en vert pois cassé. Quand il fait beau, on sort ce meuble de toilette improvisé sur la terrasse, pour le plaisir de s’asperger dans la nature. L’eau est stockée dans un grand jerrican (Au Vieux Campeur).
Par marieclairemaison.com

À voir sur le même thème : Tout caser dans un 17m2

redaction-MCMle 02/04/2014 à 17:28
  • Bonjour, pour que les images ne défilent pas il faut stopper le diaporama avec le bouton en haut à droite des images. La rédaction marieclairemaison.com
Anonymele 30/03/2014 à 12:10
  • Suis-je la seule à ne pas lire assez vite les commentaires sous les images ? Je trouve ça très pénible - on en est à la moitié de l'explication et "hop !" ... ça change déjà ! Faudrait donc songer à ralentir le diaporama.
Anonymele 30/01/2013 à 14:04
  • Pour les besoins naturels une solution est les toilettes sèches, qui donnent du compost.
Ecrire un commentaire

Pour que votre commentaire soit signé de votre pseudo, merci de vous connecter.

Je déclare avoir pris connaissance et avoir accepté la Charte
vidéos
newsletter